21 juil. 2017

CASTELBOUC - PROTECTION ET SAUVEGARDE DU PATRIMOINE

Je me suis amusée à taper, simplement si je puis dire, "CASTELBOUC" sur Google. J'ai obtenu 165.000 résultats en 0,55 secondes.

Avec une belle unanimité, tous les touristes vantent la beauté du site et, lorsqu'ils en ont l'occasion, félicitent les résidents de vive voix, pour le respect dont ils ont fait preuve afin de maintenir l'authenticité de ce site.
Alors, quelle n'a pas été ma surprise, car - c'est très important de le noter avant toute chose - aucun panneau d'autorisation, censé permettre aux personnes qui ne sont pas d'accord de se manifester, n'a été installé sur le site - de voir qu'une autorisation avait été donnée pour la construction d'une terrasse aux pieds du château.
J'ai donc saisi les autorités concernées - Service de l'urbanisme de Ste Enimie, Responsables des Bâtiments de France à MENDE, Ministère de la Culture en termes que je reproduis ci-après :
"Le 16/07/2017
à Monsieur Raymond PAUGET, ADJOINT AU CHEF DE SERVICE
raymond.pauget@culture.gouv.fr
Monsieur Pauget,
Nous sommes originaires et résidents de CASTELBOUC. Nous sommes également, suite à notre achat auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations en 1981, à l’origine de la renaissance de ce site laissé à l’abandon.
Nous intervenons aujourd’hui auprès de vous, qui représentez à la fois l’autorité mais également êtes censés vous assurer de la préservation et sauvegarde du site, pour vous demander quelles ont été les motivations qui vous ont amenés à donner l’autorisation de la construction d’une terrasse au pied du château - construction qui modifie totalement le point de vue -, et qui n’a par ailleurs jamais existé alors que l’une des règles d’urbanisme pour ce site est de reconstruire uniquement ce qui a existé.
Je compte sur vous pour prendre les mesures nécessaires, le plus rapidement possible, afin de redonner à ce village toute son authenticité.
Je vous joins des photos avant/après.
Je compte sur vous pour une réponse rapide de votre part.
Dans cette attente, veuillez agréer, Monsieur Pauget, mes respectueuses salutations.
P. C.....
PANORAMA AVANT, DEPUIS DES GENERATIONS …
Sur les guides touristiques, les sites internet, les cartes postales, les recueils historiques…
PANORAMA AUJOURD’HUI !!!
 Je reproduis ci-après la réponse que j'ai obtenue :
"Bonjour M.C.....
Permettez moi de répondre à votre courrier du 16 juillet incriminant M. le Maire de la commune de Gorges du Tarn-Causses qui a délivré une autorisation de travaux aux fins de construction d'une terrasse à Castelbouc ( ex commune de Ste Enimie).
Je tiens à vous signaler que le maire de la commune a suivi notre avis favorable donné au pétitionnaire, pour la réalisation de ce mur de soutènement d'une terrasse, supportée par deux arches maçonnées et accrochées à la falaise.
Le village de Castelbouc est situé dans le site classé des gorges du Tarn et de la Jonte, que notre service gère avec les services de la DREAL Occitanie. Je souhaite avant tout vous donner une information sur la difficulté de gérer un site classé ou près de 5000 personnes vivent et où de multiples activités se déroulent tout au long de l'année. Le postulat est simple et ceci depuis le classement en 2002.
Si nous refusons quelque chose, la moitié de la population dira haut et fort que le site est mis sous cloche et que les services de l'Etat veulent geler le territoire.
Si nous acceptons quelque chose, l'autre moitié criera haut et fort que nous acceptons n'importe quoi et sommes trop laxistes.
Je vous donne simplement pour preuve l'exemple de la transformation en cours de la salle polyvalente des années 1970 de La Malène (certes hors site classé mais en périmètre Monument Historique et à 10 m de la limite du site) pour laquelle nous avons fait le choix, partagé par la commune et l'architecte, d'un bâtiment moderne par sa forme de toit et ses matériaux. Je vous invite d'ailleurs à aller le voir pour construire votre propre opinion de visu.
La moitié de la population des gorges et des causses nous voue aux gémonies, l'autre encense le projet.
Pour revenir sur le dossier M.. sans interférer avec les problèmes relationnels qui semblent exister entre habitants de ce village et que venons hélas de découvrir, j'ai personnellement rencontré l'intéressé lors de son projet.
Comme il n'y avait pas de raison objective pour refuser une extension limitée de la terrasse existante, je lui ai proposé une maçonnerie ajourée pour supporter un léger débord sur la vallée plutôt qu'un encorbellement sur IPN.
Cette maçonnerie certes visible et encore fraiche fera l'objet d'un masque partiel par la végétation qui reprendra dès cet automne. C'est d'ailleurs cette personne qui a en partie procédé au débrousaillage du relief noyé sous la végétation afin de le mettre en valeur.
Le classement du site n'interdit pas des évolutions du bâti, fort heureusement pour les personnes qui y vivent en permanence ou y viennent en touristes. Nous acceptons même après avis de la commission des sites et autorisation ministérielle des permis de construire pour constructions neuves, en nombre très limité et dans des conditions bien particulières.
Les déclarations de travaux sont quant à elles gérées localement.
Je vous prie de croire en mes sincères salutations.
R. PAUGET
Raymond PAUGET Adjoint au Chef de l'Unité Départementale de l'Architecture et du Patrimoine de la Lozère 2 Avenue Clémenceau 48000 Mende 04 66 49 19 13

__________________________________________________
A vous de juger .....
Sommes nous "la moitié qui crie haut et fort que les (fonctionnaires) acceptent n'importe quoi" comme il est dit dans la réponse ?.
Je doute que M. PAUGET trouve une "moitié" sur le site à approuver sa décision !!
 Seuls les résultats de la consultation - si elle avait pû avoir lieu après mise en place du panneau réglementaire auraient pû le dire...


_______________________________________
Extrait trouvé sur le site du Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine de la Lozère
Nathalie Dominik, Raymond Pauget, Rémy Soulier
"Le classement des Gorges du Tarn et de la Jonte, mesure maximale de protection prévue par le Code de l’Environnement, initié en 1990, a été décidé par décret en Conseil d’Etat du 29 mars 2002. Une partie de ce vaste territoire bénéficiait déjà d’une protection au titre des sites inscrits (Gorges du Tarn inscrites le 31 mars 1942 et Gorges de la Jonte le 11 août 1989) . Mais, alors que cette protection minimale ne concernait que les versants et la vallée et ne remontait pas au-delà de Castelbouc, le site classé couvre désormais jusqu’au vallon de Quézac-Ispagnac, véritable porte naturelle, géographique et géologique, et déborde largement sur les causses afin de tenir compte des unités et perspectives paysagères ainsi que des liaisons causses-vallées, lisibles tant dans l’espace que sur le plan économique ou culturel. Le site classé des Gorges du Tarn et de la Jonte, l’un des plus vastes de France, représente un peu plus de 20 000 ha et s’étend sur 17 communes dont 3 situées en Aveyron. Il constitue un univers très varié correspondant à deux mondes, celui des causses (causse Méjean, causse de Sauveterre, causse Noir) et celui des vallées, étroitement imbriqués par leur économie et leurs relations humaines, et pourtant si différents par leur climat, leur paysage, leur forme, leur flore et leur architecture. Ces diversités réunies en un seul pays en font toute la richesse et ont justifié que la plus forte mesure de protection réservée en France à un site soit appliquée à ce territoire si spécifique."

10 août 2016

FETE DE L'ASSOCIATION A CASTELBOUC LE 6 AOUT 2016

Comme toutes les années, à l'occasion du premier samedi d'Août (que les distraits se le disent !!), l'Association organisait son repas.
Traditionnellement ce repas est précédé par l'Assemblée Générale  de l'Association.
Un public nombreux y assistait et a écouté avec intérêt les annonces faites par le Président, René ZAPATA et la Secrétaire, Ghislaine SABATIER. (un compte rendu sera publié prochainement)
Après cela, les jeunes - de plus en plus nombreux - et les moins jeunes ont apprécié le spectacle donné par Pépé RICO. La preuve ci-dessous :

 Après la voltige des boites ou des balles, ce fut celle des tables !!. Nous nous sommes retrouvés 105 personnes !! sur la place (un record) pour partager un aïoli monstre que les résidents avaient préparé et que les convives ont apprécié.
L'ambiance était comme le temps : au beau fixe

12 juil. 2016

INAUGURATION DE LA CHAPELLE ST JEAN BAPTISTE A CASTELBOUC

Le 25 Juin 2016, une petite troupe était conviée par Jean-Claude et Monique - représentant l'Association ESPPACE - à inaugurer la nouvelle toiture de la Chapelle St Jean Baptiste à Castelbouc.
Il était temps ! : les lauzes d'origine avaient plus de 600 ans et nécessitaient en effet un sérieux lifting !
A partir de 15 heures, et de façon à attendre que tous les invités soient présents,  une collation et des rafraichissements étaient servis sur la place du village, qui, pour l'occasion s'était parée d'un décor du moyen âge.
Puis, sous un beau soleil, nous nous sommes dirigés vers la Chapelle devant laquelle Jean-Claude, Maître d'Ouvrage, a donné toutes les informations techniques concernant cette réhabilitation.
A l'intérieur de la Chapelle, chacun a pu regarder un diaporama présentant l'histoire de cet édifice

et ce ne fut pas un banquet (comme chez les gaulois !) mais un apéro et des grillades qui nous ont enfin réunis autour d'une table pour clôturer cette belle journée